Orchidées - Reines des plantes fleuries

Aujourd’hui plus resplendissantes que jamais, les orchidées ne sont plus, grâce aux progrès de l’horticulture moderne, incultivables en intérieur, et, surtout, elles sont devenues accessibles à toutes les bourses.

La passion est intemporelle. Celle des orchidées, qui donna lieu au XIXe siècle à une incroyable "orchidomanie", se perd dans la nuit des temps. Et particulièrement dans les nuits de Chine : cette famille végétale est mentionnée 3000 ans avant Jésus-Christ ! C’est encore en Chine qu’apparaît, vers 1228, le premier guide consacré à la culture des orchidées.

En Europe l’orchidée n’est pas ignorée puisqu’on trouve sur son sol plusieurs espèces indigènes, dont l’Orchis, qui fournira le nom générique de la plus cosmopolite des familles, celle des orchidées.

Cela se traduit par 28 000 espèces réparties en 800 genres vivant des pôles à l’équateur. Ces plantes ont été hybridées entre elles, le contingent des orchidées s’est vite enrichi de quelques 30 000 hybrides ... et cela continue à raison d’un millier d’hybrides nouveaux chaque année.

On classe les orchidées en deux grands groupes :
- les monopodiales pourvues d’un rejet principal croissant verticalement vers le haut ;
- les sympodiales sans pousse centrale dominante. Dans leur cas, l’axe du rejet se place horizontalement dans ou sur le sol. Il est facile de multiplier les orchidées sympodiales en divisant différentes parties de l’axe des pousses avec quelques pseudo-bulbes. Les pseudo-bulbes sont des rejets plus vieux, transformés et épaissis, dont la plante se sert comme organe collecteur d’eau et de substances nutritives.


Articles publiés dans cette rubrique

Mon Orchidée ?

Reconnaître l’espèce afin de déterminer le mode de culture.

Pour réussir les orchidées

Pour chaque genre, voici l’essentiel des exigences culturales.

Navigation

Mots-clés de la rubrique