Autres techniques de bouturage


begonia aconitifolia

Le bouturage de feuilles
Destiné avant tout aux plantes acaules, c’est à dire qui n’émettent pas de tiges, le bouturage de feuilles est relativement peu usité au jardin, sauf pour certains bégonias et plantes grasses. En revanche on le pratique beaucoup sur les plantes d’intérieur : cypérus, saintpaulia, bégonia rex, sanseveria ou gloxina.
- Ce bouturage demande, pour réussir, un milieu chaud, confiné et très humide. On travaille donc à la maison ou en serre, en terrine, de préférence pendant la période de végétation (d’avril à septembre).

on pratique de petites incisions

La méthode
- varie selon les espèces. Pour les bégonias, par exemple, on utilise la feuille entière posée à plat sur un substrat de semis contenant une partie de vermiculite. Le sol doit être très léger et peu spongieux. Le pétiole de la feuille, coupé à 4 cm de longueur, est planté dans le sol en même temps que l’on applique le limbe sur le substrat. Pour favoriser l’émission de racines, on pratique de petites incisions transversales, à 5 cm d’intervalle les unes des autres, dans les plus grosses nervures, avec une lame de rasoir. La nervure ne doit être qu’éraflée.
- Il est indispensable d’appliquer très fermement la feuille sur le substrat pour être certain qu’elle se trouve bien à son contact ; on peut placer quelques petits cailloux sur le limbe, entre les nervures. On peut également maintenir la feuille plaquée en piquant quelques cavaliers ou des épingles à cheveux dans la feuille. Mais il ne faut en aucun cas masquer les nervures, car c’est là (le plus souvent à la jonction de deux nervures) que se produisent les racines et le bourgeonnement

La reprise
- nécessite au moins un mois de culture à l’étouffée au cours duquel la feuille ne doit surtout pas pourrir. La grande difficulté consiste à maintenir intacte la partie bouturée. Cette exigence peut être facilement satisfaite avec les plantes grasses car leurs feuilles contiennent un suc abondant pouvant assurer la subsistance de la bouture. Avec cette catégorie de végétaux, on peut d’ailleurs se contenter de poser verticalement la feuille sur le substrat en l’enterrant le moins possible pour qu’elle ne pourrisse pas.

maintenir la feuille plaquée en piquant quelques cavaliers

On constate la reprise non seulement à la bonne tenue de la bouture mais au développement de petits bourgeons à la surface de la feuille, pour le bégonia, ou à sa base, pour les plantes grasses. À l’apparition de ces jeunes pousses, il convient d’ôter la couverture en matière plastique progressivement. Mais une forte humidité ambiante doit être maintenue.
- Avec les plantes grasses, la reprise avoisine les 100%, mais leur arrosage doit être modéré pour ne pas faire pourrir les plantules. On ne peut guère compter plus de 50% de reprise avec le bégonia mais plusieurs pousses apparaissent souvent sur une même feuille.

Bouturage dans l’eau
- Cette technique de bouturage de rameaux est très pratiquée avec des plantes d’appartement, beaucoup moins avec les plantes du jardin. Seuls les saules, lauriers-roses, impatiens, coléus, lierres, voire parfois les géraniums racinent bien de cette manière. La bouture dans l’eau est toujours obtenue à partir d’un rameau herbacé en pleine végétation, de 15 cm de longueur. Toute la partie plongée dans l’eau doit être débarrassée de ses feuilles. Les espèces à grandes feuilles seront habillées pour éviter une trop forte évapo-transpiration. Ce type de bouturage se fait d’avril à septembre, avec un maximum de réussite entre avril et juin.

La méthode est très simple :
- on utilise un verre transparent, pour vérifier le développement des racines, rempli d’eau claire jusqu’à 1 cm du bord. Pour que les boutures se maintiennent en place, on tend un morceau de papier aluminium à la surface supérieure du verre dans lequel on pique 3 ou 4 boutures débarrassées de leur feuillage de base.
- Il faut immerger environ la moitié de la longueur de la tige. La culture est ensuite placée dans une pièce mi-ombrée où règne une certaine humidité (cuisine ou salle de bain). Le soleil ne doit surtout pas atteindre directement les boutures.
- On obtient de très bons résultats en ajoutant à l’eau quelques gouttes d’engrais liquide complet pour plantes d’appartement. Avec cette méthode, il est possible de faire raciner des plantes réputées assez difficiles telles les aucubas, suspensas, forsythias, romarin, etc...

La reprise
- est relativement longue avec toutes les plantes ligneuses, 2 à 3 mois. En revanche les espèces herbacées reprennent parfois en 15 jours. C’est le cas , par exemple, des impatiens et du géranium, lorsqu’on utilise de l’eau additionnée d’engrais. Les racines qui se développent sont très fragiles, c’est la base de l’hydroculture. Par contre, elles montrent une certaine incompatibilité avec la terre. Il faut donc repiquer très vite ces boutures avant que les racines ne mesurent plus de 5 cm de longueur. Le premier substrat sera un mélange de sable, tourbe et terreau et le pot sera bien drainé.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique