Lilas

Syringa

Lilas "Madame Lemoine"

Le genre réunit une trentaine d’espèces asiatiques et européennes qui ont donné plus de 500 hybrides et cultivars :
- Syringa chinensis, lilas Varin, jusqu’à 3 m de haut, belles fleurs pourpres virent au bleu puis au blanc, en fin de floraison.
- Syringa x josiflexa "Bellicent" est l’un des plus beaux hybrides, il a des fleurs rose clair en très grandes pannicules.
- Syringa laciniata a des feuilles finement découpées et des fleurs rose lilas.
- Syringa x prestonia a de grandes feuilles ovales, vert moyen et des fleurs en pannicules plumeuses de 20cm de long.

- Syringa microphylla, de 1,50 à2m de haut, a un port étalé, ses jeunes rameaux fins et duveteux portent des feuilles ovales ; en mai-juin ce lilas fleurit rose foncé, fleurs très odorantes ; La variété "Superba" produit des fleurs roses en mai, puis en septembre-octobre.
- Syringa vulgaris, le plus répandu de tous les lilas mesure 5 à 6m de haut, ses feuilles 7 à 8cm de long sont lisses et vert clair. Fin avril ou début mai, le lilas développe ses pannicules de fleurs blanches ou lilas, parfumées. Les divers coloris des cultivars vont du blanc au bleu, en passant par toutes les nuances du blanc crème, du rose, du rouge et du violet. La variété "Aurea" a un feuillage doré et des petites fleurs lilas, hâtif.

Les Lilas se plaisent dans un sol fertile, au soleil ou à mi ombre.
- Zone 3/4 à 9.

Lilas "Volcan"

Tailler abondamment en faisant des bouquets. Rabattus ainsi tôt en saison, les lilas, à pousse relativement lente par nature, auront le temps de reformer dans la saison des rameaux qui fleuriront l’année suivante.
- Éviter les branches trop coudées pour la mise en vase : au-delà de deux angles nets, l’eau ne parvient plus à la fleur. La taille vous aidera en favorisant l’apparition de branches droites et vigoureuses.
- Supprimer toutes les brindilles, même si elles fleurissent bien cette année. Les couper au ras du tronc et ne laisser se développer que les branches vigoureuses, sans quoi on obtient vite un fagot enchevêtré au lieu d’un bel arbuste.
- Pour faire durer les bouquets de lilas, on écrase le bout des tiges avec un marteau, ou à défaut avec une paire de pinces puissantes.

Pour propager les plus beaux lilas il suffit de pratiquer la greffe bouture en automne, sur de jeunes tiges de troène de la taille d’un gros crayon.
- Faire une greffe en fente, en tête, avec un greffon à deux yeux. Bien ligaturer et mastiquer le tout, enterrer jusqu’au point de greffe à mi-ombre et à l’abri des vents froids. La reprise, rapide, à lieu à 70%.
- Affranchir rapidement les arbustes greffés en enterrant le point de greffe généreusement. Sans cette précaution, ils mourront au bout de quelques années s’ils sont greffés sur troène ou frêne. Et, s’ils sont greffés sur lilas commun, c’est celui-ci qui drageonnera en produisant des sujets sans intérêt à fleurs pâles.

La mégachile.

La greffe en écusson est un jeu d’enfant. Procéder en juillet sur de jeunes rejets de lilas communs en y greffant, aussi bas que possible, un bel œil de la variété choisie. Retailler le porte-greffe l’année suivante, à deux yeux, et rabattre au ras de la greffe au moment de la plantation, en automne.
- Si l’on craint que le lilas commun ne rejette et ne prenne le pas sur la variété intéressante, greffer sur troène ou sur frêne.

Pour leur donner une seconde chance de briller dans la saison, on peut les associer à une petite plante grimpante estivale. Un pois de senteur vivace, à ravissantes fleurs roses, une clématite "Prince Charles" ou des ipomées seront parfaits. L’aspect un peu terne des lilas après la floraison se fera vite oublier sans les surcharger pour autant d’hôtes envahissants.

Larve de zeuzère

Si les feuilles sont ornées de découpes bien rondes sur les bords, cela est dû à une petite abeille tapissière, la mégachile. Ce n’est pas dangereux. Pour repousser aisément cette dentellière, on pulvérise une décoction de n’importe quelle armoise. Une bonne poignée de cette herbe mise à tremper 24 heures dans un seau d’eau (environ 6 litres), et le répulsif est prêt.

Le dessèchement brutal des pousses terminales, voire de branches entières, est dû aux dégâts de la terrible zeuzère. Les larves de cette pique-assiette creusent des galeries dans la moelle des tiges et les vident de leur substance. Il faut couper et brûler les branches atteintes, puis appliquer une fois par mois un traitement systémique à base de disulfoton d’avril à juillet.

La zeuzère adulte


Commentaires